Les fournisseurs américains reportent l'introduction de 3,7 GHz-5G en raison des aéroports

Les deux opérateurs télécoms américains Verizon et AT&T retardent le déploiement de C-Band-5G de deux semaines, après une demande du gouvernement américain et de l'industrie du transport aérien. Ce secteur craint que les fréquences 5G plus élevées ne perturbent les altimètres.

Les opérateurs télécoms veulent désormais proposer la C-Band-5G à partir de janvier 19, Reuters écrit. Initialement, les fournisseurs voulaient vendre le service 5G à partir de mercredi 5 janvier. Les entreprises de télécommunications veulent profiter des semaines à venir pour mener des recherches avec le secteur des télécommunications et le gouvernement sur les effets perturbateurs de la 5G et comment les prévenir.

Le problème tourne autour des fréquences 5G de 3,7 GHz à 3,98 GHz, écrit la Federal Aviation Administration. Ceux-ci sont trop proches des altimètres des avions, qui utilisent la bande de fréquence de 4,2 GHz à 4,4 GHz. La FAA a donc interdit l'utilisation de systèmes d'atterrissage dans les régions où les fréquences 5G pourraient perturber ces systèmes à la fin de l'année dernière. Ces systèmes ne sont normalement utilisés que pendant les périodes de faible visibilité; l'avion peut donc ne pas atterrir sous cette mesure si la visibilité est mauvaise et que 3,7 GHz-5G est actif.

La FAA a déclaré qu'elle mettait en garde contre les effets perturbateurs de la 5G depuis 2015 et remercie les deux transporteurs d'avoir volontairement retardé l'utilisation des fréquences. Les prestataires avaient auparavant promis de mettre en place des zones d'exclusion autour des aéroports, où les fréquences C-Band-5G ne seront pas utilisées. pourtant, la FAA ne pense pas que ces zones d'exclusion soient suffisamment grandes. La distribution de C-Band-5G a également été reportée aux Pays-Bas, ici parce que la société de communication par satellite Inmarsat utilise la bande de fréquences.